1 février 2009

Quand j'étais petite...

Quand j’étais petite, je voulais être chirurgienne, danseuse, pédiatre, chimiste, clown, professeur, styliste et superman. Que de choses. C’est bien là, la magie de l’enfance où il est permis d’être tout le monde et n’importe qui, d’une journée à l’autre, d’une seconde à l’autre.
L’imaginaire et le réel se mélangent jusqu’au jour où le réveil sonne, trop fort pour ne pas l’entendre. C’est l’heure des responsabilités. Vous l’avez déjà entendu cette phrase « t'es grand(e) maintenant, il faut que tu saches ce que tu veux faire comme métier ! »
Papa est ingénieur. Maman commerçante (à l'époque). Mon frère aîné Hédy, est électricien. Et mon frère cadet Jese, cuisinier.
Moi, habituée à rêver, la réalité me demande de revenir sur terre. Moi, éternelle indécise, on me demande de choisir un seul métier. Moi, moi je ne sais pas. Alors pour satisfaire tout le monde sauf moi, je décide de faire du commerce comme maman.
Je poursuis mes études : le bac et le BTS Actions Commerciales dont je manque le diplôme pour 0,73 point. C’est la dégringolade morale ; je suis terrassée, dépitée, mortifiée ; ce n’est pas juste, je ne comprends pas ! Que s’est-il passé ? Où ai-je fauté? Mes dossiers commerciaux, dont un où j’avais organisé un spectacle de danse au profit d’enfants malades, étaient en « béton armé ». C’est justement ce dossier là qui n’avait pas plu. A cause de quelques balbutiements durant la présentation, les membres du jury avaient pensé que je l’avais inventé, monté de toute pièce ou recopié d’une source inconnue.
Deuxième déception, on me ramasse à la cuillère. Mes projets s’envolent. Après mon diplôme (si je l’avais eu), je voulais faire deux ans de formation à Paris puis à Londres en tant qu’acheteuse de vêtements de haute couture. Mais, je ne veux pas abandonner. Je refais mon année et repasse mon diplôme (avec succès) : Je l’obtiens.
Entre temps, un autre réveil sonne. Pas très fort, mais je l’entends quand même. C’est un vieux rêve qui remonte à la surface. Il est énorme, irrationnel et effrayant. Je voudrais le tenter mais je n’ose pas. Je n’ose pas mais je suis tentée. Je suis comme un chien qui se mord la queue, je tourne en rond jusqu’à ce que mes parents décident de m’aider à rêver. Oui, j’ai cette chance là.
A 20 ans, je vais réaliser mon rêve et devenir directrice artistique.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...