29 avril 2009

En toute intimité






Nœud de papillon. Dernière création avec ce nœud de papillon tricoté qui dévoile 2 facettes de ma personnalité : petite vieille qui aime faire du crochet et victime de la mode (même si cette expression me gène), puisque le nœud est très «tendance» actuellement.
Rendez-vous sur Hellocoton !

28 avril 2009

Dès que j'te vois...

"Dès que j'te vois, j'sais que c'est toi, j'sais que c'est toi, je sais que c'est toi. Dès que tu me vois, tu sais que c'est moi, tu sais que c'est moi, tu sais que c'est moi"
Refrain envoûtant de Vanessa Paradis qui illustre bien l'émotion du jour, quand près de moi, mon souffle se fait court et que ma pensée s'envole au pays où tu règne en maître.

Désir. Effroi de l'action et satisfaction de l'inassouvi ? Haletant, saisissant et insaisissable, tourment rugissant des pulsions qui s'emballent, sensibilité mise à nue et barrières à terre, il faut lutter pour ne rien laisser transparaître. Je te veux mais ne peux pas ou n'ose pas. La question serait de franchir le pas pour une grande inconnue ou cultiver ces instants rassurant de désir inavoué, cette absence comme un horizon sans cesse reculé à l'infini, ce manque par lequel nous nous sentons paradoxalement vivre bien plus que d'habitude.
Des yeux écarquillés d'un enfant face à une montagne de bonbons, aux lèvres chaudes d'une femme devant celui qui bouleverse ses sens, la frontière me paraît bien maigre. La différence entre ces deux personnages serait-elle l'acceptation des conséquences pour l'un (des caries éventuellement) et la remise en question d'un style de vie pour l'autre ?
Le désir comme la période de tous les possibles où l'espace d'un instant, l'imagination nous embarque sans tabou aux pays de nos fantasmes sensuellement inavouables. Ainsi, sourire, clin d'œil ou geste attentionné deviennent à tout moment matière à alimenter un peu plus la machine hormonale du plaisir, au point d'en troubler la perception de la réalité. Celle même pour qui parfois notre désir reste un moment d'égarement agréable et d'absurdité inconstructible plutôt qu'une volonté d'action concrète.

Papillons dans le ventre, pupilles dilatées, pommettes et lèvres rougissantes sont les signes avant-coureur de mon désir pour toi.
Rendez-vous sur Hellocoton !

26 avril 2009

Dimanche Bonheur


Humeur du jour. Plénitude absolue en ce dimanche magique où le bonheur était l'invité d'honneur. Gratuitement et généreusement vécu, des moments comme on espère en avoir souvent. J'espère que c'était le cas pour vous aussi. Bonne semaine...
Rendez-vous sur Hellocoton !

L'artiste du week-end






Charmaine Olivia. Montage photo, peinture et illustration, j'avoue que le métissage des styles me plaît pas mal. Plus d'infos par ici
Rendez-vous sur Hellocoton !

24 avril 2009

La Déprimante visite médicale


Une médecin comme les autres ? Aussi ironique que ça puisse être, ma toute première visite médicale chez le médecin du travail était également le jour où je me suis blessée au genou (après avoir été déclarée apte)... ça se passe de commentaire. Fidèle abonnée depuis, j'ai eu l'immense joie d'expérimenter le cynisme compatissant de cette médecin qui dès notre premier tête-à-tête, avait trouvé bon de me faire culpabiliser (cf «Comme une surcharge de gourmandise» plus bas dans le blog). Insistant ainsi LOURDEMENT sur le fait que mes 5kg en trop étaient un drame en soi et que "grâce" à eux, mon genou n'avait pas les moyens d'aller mieux. Parce que 5kg en trop, c'est 20kg en trop sur les genoux.

En petite culotte et la cellulite débordante, j'avais pas de quoi la ramener. Je déteste les médecins.

Du coup, mon esprit rebelle a bien tenté de résister au début mais faut croire qu'elle avait réussi à appuyer là où ça faisait mal (et c'est pas qu'une figure de style). Instinctivement, je me suis reprise à mieux manger, sans spécialement m'en sentir contrainte, jusqu'au nouveau rendez-vous merveilleux de la visite médicale. 3kg en moins sur la balance, 3. Youhouuuuu !
J'en étais si fière, du moins jusqu'à ce qu'elle me rappelle de son regard blasé et tombant, qu'elle n'était pas femme à partager quelconque joie. Le style parisien en somme.


P.S : Je DÉTESTE les médecins, chirurgiens, dentistes, gynéco, infirmiers... enfin bref, tout ce qui a une blouse blanche et touche à mon corps. Me voilà servie.

P.P.S : Mais au fond, je l'aime bien elle

P.P.P.S : Il est possible d'agrandir toutes les images de ce blog en cliquant dessus.
Rendez-vous sur Hellocoton !

22 avril 2009

Il faut qu'on parle...

Rupture. Petit mot prompt, pourtant si lourd en signification.
Ne se suffisant qu'à lui-même pour définir à la fois une fin et un commencement, il nous émeut, nous libère et nous désempare sans jamais nous offrir les moyens de mieux l'appréhender.
Alexandre Dumas, fils disait «une illusion de moins, c'est une vérité en plus».
La rupture serait-elle alors le réveil douloureux et frustrant d'une illusion cultivée et mûrie, pour une relation qu'on pensait idéale ? Où se trouve la vérité dans la révélation de l'état d'abandon dans lequel se pensent deux personnes victimes d'une rupture ? Et, pourquoi la voyons-nous si souvent se parer d'un extrémisme tantôt exaltant, tantôt terrifiant ?
Sur un examen de conscience totalement personnel, je me rappelle avoir toujours été terrifiée par “l'après rupture". Cette seconde suivante, à partir de laquelle je réalise la solitude, le vide, la fin. Je ne matérialise pas spécialement la rupture comme le moment physique où les mots sont prononcés, mais plutôt par les actes conscients ou inconscients (les miens et ceux de mon ex en devenir), sur la réalité de mon couple en péril. Une anticipation des choses qui ne m'a pas épargné le rituel vicieux de la remise en question, la colère, la frustration, le repli sur soi et le sentiment d'abandon, me balançant ainsi d'une extrémité à l'autre, jusqu'à en goûter la libération.
Rupture et libération. Dur comme paradoxe final, que d'apposer ces deux mots dans un même contexte. Et pourtant, peu importe le décisionnaire et l'ampleur du chagrin, n'est-ce pas là notre Graal, retrouver sa liberté ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

21 avril 2009

Retour gagnant


Le maillot jaune. Ok c'est un vélo d'appartement, Ok la résistance n'était qu'à 2, Ok je n'y suis restée que 10 minutes.
Mais, hina 1- rotule 0.
Dans mon combat contre l'indépendance de ma rotule, qui bien pensante qu'elle est, espère faire le tour du monde de mon genou sans mon accord, ce petit retour à l'activité physique (oui, même sans résistance) est une Victoire avec un grand «V». À ce rythme là, cette année, le Tour de France je le mets à l'amende et Lance Armstrong peut déjà commencer à préparer ses mouchoirs...

P.S : bien sûr que je me la pète pour rien !
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 avril 2009

Benjamin Siksou vous connaissez ?




Nouvelle star 2008. Gros,... que dis-je, ÉNORME coup de cœur pour cet artiste dont la voix me fait plus que fondre sur place.
Découvert l'année dernière dans la nouvelle star, ce télécrochet que jamais personne n'ose avouer regarder secrètement, j'en étais déjà stupéfaite et le reste aujourd'hui. L'addiction a réellement commencer avec Dance, le tube de JUSTICE complètement inchantable par le commun des mortel et qu'il a réinterprêté et personnalisé avec brio, en y ajoutant un petit quelque chose qui fait swingger et groover tous les réticents. Chapeau l'artiste. 

Il est actuellement en préparation d'un album qui est sensé sortir au moins de septembre 2009 (pfff, 4 mois encore à attendre, je tiens à peine sur place). Sinon, pour les plus intéressé(e)s d'entre vous, il a un site myspace sur lequel il présente quelques chansons de son futur album et affiche ses dates de concerts un petit peu partout en France. Et comme vous savez combien ces temps-ci j'ai vraiment le cul bordé de nouilles, vous vous doutez bien que les représentations sur Paris sont toutes complètes. Année de MEEEERRRRDE !!!!
Le petit tour du côté de son myspace se passe par ici
Rendez-vous sur Hellocoton !

12 avril 2009

L'artiste du week-end





Jacquet Fritz Junior. Des papiers et des vies. Zapette en main et neurones en pilotage automatique, je me baladais de manière frénétique sur les chaînes de la TNT avec l'espoir consciemment révolu de trouver une émission intéressante. C'était un mercredi matin donc pas de «maternelles» ni d'«On n'est pas que des parents» sur france 5 et «Kid Paddle» sur M6 Kid n'avait pas commencé. La dépression télévisuelle me guettais quand soudain je tombe sur cette nouvelle chaîne de la TNT (canal 21), qu'il me plaisait tant de snober et qui ce jour là proposait une émission artistique, présentée par une jeune femme noire. Rien de telle pour susciter ma curiosité. J'y découvre alors Jacquet Fritz junior, cet artiste au combien talentueux qui avec sa technique incroyable du pliage, me laisse littéralement sans voix.

Mais là où il réactive mes neurones endormis, c'est quand il affirme réaliser ces sculptures en un seul tenant de papier. Rouleau de papier toilette et autres types de papiers n'ayant plus aucun secret pour lui, il crée des personnages, des masques et différents objets tant réalistes qu'abstraits aux expressions et allures bluffantes.
Son fil rouge, le mouvement et la légèreté. Sa démarche, fausser notre jugement en nous laissant d'abord supposer de la simplicité de ses œuvres avant d'en féliciter l'intelligence. Un constat, scotchant.
N'hésitez, le détour en vaut le coup et c'est par ici
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 avril 2009

J'y suis allée

















L'expo TAG. «Super génialissiment cool», pour ma première sortie expo depuis ma blessure au genou, j'en étais toute retournée. Petite galerie (par rapport au monumental Grand Palais), j'y ai pourtant trouvé un concentré d'ingéniosité, de créativité et de talent à travers les œuvres exposés.
Le délire était de créer un graff sur toile avec pour thèmes la signature de l'artiste et l'amour. Depuis plusieurs années, des artistes des 4 coins du monde se sont succédés dans l'atelier de Boulogne afin d'inscrire sur toile leur identité et leur vision des thèmes imposés. Ah, quel bel hommage rendu à cet art si souvent dénigré.

Le petit plus bonheur ? L'hétérogénéité des visiteurs. De la petite mamie au couple de dandy, en passant par les jeunes à la mèche rebelle, nous avions tous ce même regard de stupéfaction face à tant de sensibilité.

Un conseil ? Allez-y, l'expo dure jusqu'au 26 avril 2009 et l'entrée n'est qu'à 5€.
Plus d'infos un peu plus bas dans le blog.



Rendez-vous sur Hellocoton !

5 avril 2009

L'artiste du week-end






Mario Mariotti (1936-1997). Jeux de mains, jeux de vilains...?
«Il ya des gens qui utilisent des techniques sophistiquées pour produire de l'art. Ce qui souvent perturbe notre perception entre la pure virtuosité et les compétences techniques. Toutefois, si vous prenez la complexité technique de ce composant, vous pouvez découvrir que l'art peut être simple et il est, après tout, littéralement à la portée de votre main.» C'était la ligne de conduite de Mario Mariotti.

Après avoir tenté diverses formes d'expression artistiques avant de découvrir le potentiel de l'utilisation de ses mains, les ressources utilisées ont été peu nombreuses et, néanmoins, l'imagination de Mariotti a été immense et frappante. Des peintures, de simples accessoires (cordes, cure-dents, boutons) et ses propres mains. Il a ainsi créé une grande variété d'hommes et d'animaux, des personnages tant élégants qu'expressifs. Par la suite, beaucoup de ses œuvres sont devenus le résultat magique d'un livre nommé "Animains" disponible sur Internet. En attendant, plus de photos par ici.
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 avril 2009

Petite découverte culinaire





Pâtes à l'encre de seiche. Vous connaissez ? Plutôt déroutant au premier abord cette couleur noire qu'on ne trouve dans aucun autre aliment (du moins aucun en ma connaissance).

Pour ma part, ce fût une présentation intense lors d'une émission à fort taux d'intérêt culturel et intellectuel... «Un dîner presque parfait». Et oui, nous sommes de plus en plus nombreux à aimer la cuisine (à la télé) et acheter des livres pour orner nos étagères de cuisine et cacher la misère de notre manque d'imagination face à la tentation grandissante des plats surgelés. Mais pour revenir à nos moutons, j'ai moi-même éteint mon cerveau pour suivre l'émission et humer l'odeur délicatement inodorante des différents plats présentés, quand soudain, les pâtes à l'encre de seiche firent leur entrée.

Partagée entre répulsion et curiosité, j'ai d'abord suivi mon instinct de survie en laissant passer 3 mois avant l'ultime face à face dans le supermarché. Pire qu'une sucette pendant au nez d'une petite fille, la tentation était trop forte pour pouvoir y résister. Une fois cet acte psychologique et «porte-monnaie-logique» affranchi, il me tardait de finir mon Paris-Dakar (comprendre Châtelet - Ris-Orangis dans le RER D avec une béquille) pour satisfaire mon petit palais intrigué.
Mais, faut croire que ce week-end j'étais d'humeur malicieuse en accompagnant mes pâtes noires d'un filet de poulet au curry, gingembre et miel.
Résultat ?... je vous laisse le découvrir par vos propres soins.
...
Hin, Hin, Hin,
(Non je ne suis pas si méchante que ça)
...
C'était une tuerie en bouche. Non plus, une p****n de bombe de boulette de balle qui a explosé mes papilles et m'a propulsé au 7è ciel (et je n'exagère rien). Je les trouve bien plus généreuses et goûteuses que les pâtes classiques. Et l'association avec le poulet curry, gingembre et miel apporte une touche extraordinairement exotique.
En gros, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, vous voulez revisitez la St-Valentin ? Ce plat est pour vous !!!!!

Voici la recette pour les plus curieux d'entre vous :
Pâtes à l'encre de seiche 
Acheter les pâtes et suivre les instructions qui consistent à cuire les pâtes dans une grande quantité d'eau salée. Un pointe d'huile en plus (ma touche perso) ;
N'hésitez pas à verser de l'eau tiède après avoir égoutté les pâtes, cela arrête leur cuisson.

Poulet (TOUJOURS À FEU DOUX)
Couper le filet en plusieurs morceaux (dés) ;
Les faire mariner dans du sel, poivre, ciboulette, curry, gingembre (en poudre), le tout lier par une c.c d'huile ;
Sur une poêle chaude, faire revenir un peu d'oignons coupés puis saisir les dés de poulet ;
Couvrir la poêle dès que les dés ont doré (pour garantir de moelleux) ;

Servir chaud et verser le miel par (léger) filet sur les dés de poulet.
Bon appétit.
Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...