22 janvier 2010

Lettre à "Nice"

J'ai mal au genou, mais là n'est pas le propos. Poussée aux extrémités de la nuit, tu viens hanter mes pensées au point de faire de l'insomnie ma meilleure amie.

Ô toi bel étrange étranger. Que pourrais-je t'apporter que tu n'aies déjà ? Venu d'ailleurs où le froid règne en maître et armé de ton attention, tu as réchauffé l'être refroidissant que je devenais. Pour autant, nos rapports se sont avérés être des plus troubles. Entre amitié et sentiments naissants, découverte et distance, désir et rétractation, il me semble que nous nous cherchons sans peut-être vouloir nous trouver.

Confuse de ces attitudes paradoxales, me voilà vide des éléments permettant la compréhension de tes signaux. Peut-être n'y en a-t-il aucun et que la seule responsable d'une telle confusion reste ma solitude ? Peut-être encore existent-ils, témoins de ton affection à mon égard, mais emprisonnés par la peur que tu nourris de désirer une autre que celle qui avait tant fait battre ton cœur à une époque ? Je n'ai aucune réponse en ma possession et doute même parfois de mon aptitude à juger de la viabilité et de l'évolution d'une situation aussi complexe. Cependant, flattée par tes attentions, j'aimerais pouvoir te dire le bien que j'en pense, mais le partagerais-tu ?

Finalement, cette lettre sonne comme un flot d'interrogations complices de l'état d'égarement dans lequel je me trouve. Mais peut-être n'est-elle qu'une illusion résultant de la douleur chaque seconde plus vive dans mon genou.
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

Rafou a dit…

Ton mal au genou me fait penser à celui de Lawrence Passmore, le personnage de David Lodge. Très beau texte, j’espère qu’il sera lu et relu.

la cerise électrique a dit…

Lawrence Passmore, je ne connaissais pas ce personnage auparavant et après l'avoir rapidement découvert sur Internet, je comprends mieux ta comparaison. Cependant, même si nos vies ne sont pas similaires à tout point de vue, l'existence d'une douleur persistante au genou et à intensité variable selon les jours, renforce certainement le sentiment de solitude face à l'impuissance médicale.
Merci pour ton commentaire. J'espère aussi qu'il sera lu et relu et qu'il en découlera d'autres avis tout aussi intéressant ;o)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...